Apotiko

Pharmacien Hospitalier

Zoom sur le métier de pharmacien hospitalier

Temps de lecture : 6 minutes

Le pharmacien hospitalier est responsable de la délivrance et de l’approvisionnement des médicaments et des fournitures utilisés à l’hôpital. Malgré la dénomination de son métier, le pharmacien hospitalier ne travaille pas uniquement dans les hôpitaux ! Il peut également exercer dans les établissements de soins privés ou publics (centres hospitaliers, EHPAD et cliniques), les centres de rééducation, et plus rarement, des laboratoires ou centres de recherche.

En plus de distribuer des médicaments et des fournitures sur ordonnance, les tâches et les responsabilités du pharmacien hospitalier comprennent la collaboration avec d’autres membres du personnel médical pour fournir des traitements et des conseils aux patients, enregistrer les antécédents des patients relatifs à l’usage médical, assurer le stockage sûr et sécurisé de tous les médicaments de l’hôpital.

Quelles sont les responsabilités d’un pharmacien hospitalier ?

Gestion et prescription des médicaments

Un rôle clé dans le travail du pharmacien hospitalier est de déterminer quelle forme de médicament convient le mieux à chaque patient. Chaque décision doit être prise à temps et de manière efficace. Elle nécessite une contribution importante des médecins, des infirmières et des autres professionnels de la santé.

Le pharmacien hospitalier connaît les effets des médicaments qu’il prescrit et conseille ses patients sur les effets de ces médicaments. Un autre aspect de ce rôle consiste à recommander les voies d’administration et les dosages, qui dépendent des besoins du patient.

Il assure la préparation de certains médicaments comme la nutrition parentérale, la reconstitution centralisée des chimiothérapies ou encore les médicaments radiopharmaceutiques. La phase de préparation va être déclenchée par la validation pharmaceutique de la prescription. Le pharmacien hospitalier va devoir vérifier que les préparations sont faisables, et pour cela doit vérifier que la pharmacie possède les moyens appropriés à la réalisation de la préparation. Il peut donc librement refuser de faire une préparation si celui-ci estime qu’il n’en a pas les moyens, qu’elle n’est pas conforme à l’état des connaissances scientifiques, médicales ou techniques et/ou que la préparation est dangereuse.

Approvisionnement et contrôle qualité des médicaments

Les pharmaciens hospitaliers sont responsables du contrôle de l’approvisionnement de tous les médicaments utilisés dans l’hôpital et sont chargés de l’achat, de la fabrication, de la distribution et du contrôle de la qualité de leur stock de médicaments, avec l’aide des assistants en pharmacie et des techniciens en pharmacie. Ce rôle peut s’étendre à la fabrication des médicaments lorsque des préparations prêtes à l’emploi ne sont pas disponibles.

Le pharmacien hospitalier s’occupe du contrôle de la qualité concernant l’échantillonnage, l’établissement de spécifications et leur analyse, ainsi que l’organisation, l’établissement des documents et des procédures de libération.

Le contrôle de la qualité pharmaceutique des pharmaciens hospitaliers consiste en la mise en œuvre d’opérations d’analyses ou d’examen des caractéristiques des MPUP, des articles de conditionnement, des préparations en cours de réalisation et des préparations terminées.

Les contrôles pouvant être mis en œuvre afin d’assurer la qualité des préparations pharmaceutiques sont : 

  • des contrôles physico-chimiques
  • des contrôles de radioactivité le cas échéant
  • des contrôles microbiologiques
  • des contrôles de recevabilité documentaire (matières premières à usage pharma (MPUP), réactifs, étalons de référence…) 
  • des contrôles pharmacotechniques
  • des contrôles de l’environnement (air, surfaces, eau) 
  • et tous autres contrôles jugés nécessaires. 

Suivi des tableaux de médicaments

Comme les pharmaciens hospitaliers sont tenus de travailler en étroite collaboration avec les autres membres du personnel, tels que les médecins ou les infirmières, les informations doivent être transmises de manière à être compréhensibles. Les tableaux de médicaments constituent une source d’information essentielle et un moyen de communication efficace entre le pharmacien hospitalier et les autres membres du personnel médical. 

Le pharmacien hospitalier doit contrôler ces fiches et s’assurer que les médicaments appropriés sont fournis à chaque patient.

Ces informations peuvent comprendre la forme de médicament dont un patient a besoin, avec des options telles que les comprimés, les injections, les pommades ou les inhalateurs. La manière dont le médicament doit être administré doit également être communiquée.

Une source d'informations et de conseils

Le pharmacien hospitalier peut être appelé à recommander des combinaisons de médicaments, ou des solutions à des problèmes spécifiques. Le pharmacien hospitalier peut fournir des informations sur les effets secondaires potentiels, et vérifier que les médicaments sont compatibles avec les médicaments existants.

Il surveille également les effets des traitements pour s’assurer qu’ils s’avèrent efficaces, sûrs et appropriés pour le patient. Il donne des conseils de bon usage sur la posologie (fréquence de prise d’un médicament), les modalités et le moment de la prise des médicaments. Il s’assure d’avoir les médicaments traitant des pathologies de l’hôpital.

Décharger les patients

Le pharmacien hospitalier joue également un rôle important à la sortie des patients. Il doit vérifier le dossier pharmaceutique du patient pour s’assurer que les médicaments prescrits correspondent à ceux qui figurent dans le résumé de sortie.

Certains pharmaciens hospitaliers sont également qualifiés pour prescrire des médicaments aux patients sortants, mais cela ne s’applique pas à tous les membres de la profession.

Se tenir au courant des actualités de la profession

Comme pour tout emploi dans le secteur de la santé, le pharmacien hospitalier doit se tenir au courant des nouveaux traitements et protocoles de chimiothérapie, de radiothérapie ou d’immunothérapie (traitements en cours, en protocoles, à venir ou en test avant l’AMM). Le pharmacien doit connaitre les conditions de mise sur le marché d’un médicament. Cela inclut leur utilisation et tout nouveau développement qui pourrait survenir.

Pour ce faire, le pharmacien hospitalier utilise des bases de données électroniques et lit des documents de recherche. Ceux-ci fournissent des données qui permettent aux pharmaciens d’en savoir plus sur les nouveaux médicaments avant de recommander leur achat par l’hôpital.

L’utilisation régulière de ces ressources permettra aux pharmaciens hospitaliers de rester une excellente source de conseils pharmaceutiques.

Vigilance sanitaire

Le pharmacien hospitalier doit participer aux actions de pharmacovigilance, de matériovigilance et autres vigilances sanitaires. 

De plus, il assure la traçabilité de certains médicaments et dispositifs médicaux implantables.

Compétences professionnelles et rotations

Les pharmaciens hospitaliers sont inscrits à la section H à l’ordre des pharmaciens. Ils peuvent améliorer leurs compétences grâce à des rotations régulières.

Les rotations permettent aux pharmaciens hospitaliers de travailler dans un autre service de l’hôpital pendant une période déterminée, essentiellement sous forme d’équipes. Ces départements peuvent comprendre des services cliniques et des services d’information sur les médicaments. Ces rotations permettent au pharmacien hospitalier de développer et d’acquérir un ensemble de compétences plus complet.

Quelle est la formation à suivre pour devenir pharmacien hospitalier ?

Pour exercer le métier de pharmacien, il faut être titulaire d’un diplôme d’Etat de docteur en pharmacie. Les études s’effectuent à l’université et durent au moins 6 ans. Elles commencent par la première année commune aux études de santé (PACES), qui sélectionne les étudiants par un concours.

Les étudiants reçus alternent ensuite entre cours théoriques et stages pratiques jusqu’à la fin de la 5ème année. Après réussite au concours national d’internat en pharmacie, ils s’orientent vers un cycle long (+ 4 ans) pour l’option biologie médicale (formation commune avec les internes de médecine), pharmacie hospitalière et pour la recherche.

Dans le secteur public, la durée d’exercice pour un poste d’assistant est de six ans maximum. La réussite au concours national du praticien hospitalier est nécessaire pour accéder au statut de praticien hospitalier afin d’exercer dans les établissements publics de santé. 

Quelle rémunération pour un pharmacien hospitalier ?

En 2015, le salaire mensuel brut d’un pharmacien en milieu hospitalier dans le secteur public était d’environ 4 200 € brut en début de carrière et de 7 500 € bruts en fin de carrière. Année après année, la grille des salaires est déterminée par décret, ou par arrêté publié au Journal Officiel.

Dans le secteur privé, la grille des salaires est déterminée selon la convention collective nationale des établissements privés d’hospitalisation, de soins, de cure ou de garde à but non lucratif.

Vous souhaitez trouver un emploi en tant que pharmacien hospitalier ?   Inscrivez-vous vite sur Apotiko !

Peut-on exercer en tant que pharmacien hospitalier en Outre-Mer?

Oui : seule section territoriale, la section E réunit l’ensemble des pharmaciens, quel que soit leur métier.

Les pharmaciens gérants de PUI jouent un rôle déterminant et délicat, car ils ne disposent pas toujours d’équipes complètes à leurs côtés. L’hôpital où ils travaillent peut être dans certains cas le principal point de délivrance des médicaments aux populations, comme par exemple à Saint-Pierre-et-Miquelon et à Wallis-et-Futuna.

Parmi les défis à relever au quotidien par les pharmaciens d’outre-mer, l’éloignement géographique des lieux de production et des centres logistiques de dispensation complique la question de l’approvisionnement.

Le niveau de qualité des prestations de pharmacie dans les départements et autres collectivités d’Outre-Mer, où le CSP (Code de Santé publique) est appliqué, est équivalent à celui de l’Hexagone.

En Outre-Mer, chaque pharmacien doit être titulaire d’un diplôme, obtenu en métropole ou reconnu par équivalence puisqu’il n’existe pas de faculté dans ces territoires. 

L’inscription à la section E de l’Ordre est bien sûr obligatoire, et les pharmaciens sont tenus de respecter l’ensemble des règles déontologiques et professionnelles. Ils doivent, eux aussi, se soumettre aux obligations en matière de DPC.

Pour faciliter votre remplacement, ou vous permettre d’aborder ce moment charnière de votre carrière en toute sérénité, nous avons créé un guide du remplacement en PUI spécialement pour vous.

Demandez à le recevoir en remplissant le formulaire plus bas !

Aucun commentaire

Ajoutez votre commentaire